novembre 2016

Archive mensuelle

Sécurité et hygiène à la SEGA : le Directeur général Patrick Ningata met les points sur les i

Créé par le 28 nov 2016 | Dans : Non classé

Suite au scandale odieux qui s’était produit dans l’enceinte de la (SEGA), incident qui coûté la vie à quelques éleveurs peuls, le n°1 de cette institution n’a pas ménager ses efforts pour que les populations puissent avoir de la viande de bœuf.    

ningata

D’aucuns pensent que les services de la SEGA sont bloqués suite à ces évènement crapuleux qui avaient envieillie  le paysage social, que même les bétails ne sont pas acheminés dans les locaux de la société en raison de l’insécurité.

Pour certaines langues, les services de la SEGA devraient être délocalisés vers l’abattoir de Ngola au PK13 sur la route de Damara. Or, de tout ce qui précède, il s’avérait que lors des évènements douloureux et regrettables de la fois dernières dans les locaux de la SEGA, le Directeur général Dr Patrick Ningata aurait pesé de tout son poids pour protéger des vies humaines en l’occurrence au moins 13 peuls ont été mis à l’abri.

Cette action à permit de limiter les dégâts. Quand aux bétails dispersés ou emportés de force par certaines personnes dans les quartiers, cela n’engage pas la responsabilité du Directeur général qui n’est associé ni de près ni de loin dans les représailles. D’où après cette crise, les services de la SEGA sont à pied d’œuvre pour réorganiser ses structures d’accueil des bétails et mettre à la disposition de la population des viandes saines dans des conditions hygiéniques acceptables. D’ailleurs pour le moment tout se passe bien et l’aspect sécuritaire est davantage renforcé à la SEGA avec appui du ministre de la Sécurité Publique et du ministre de l’élevage et de la santé animale.

Il est temps que les Centrafricains comprennent le bien fondé des services de l’Etat et de la protection de ces patrimoines qui ne sont pas inutiles dans le fonctionnement de la société Centrafricaine. C’est à cause de l’insécurité que l’abattoir de Ngola a été suspendu afin de protéger des vies humaines. Aussi, il faut noter que les conditions hygiéniques n’étant pas favorables pour des abattages, il fallait donc tout centraliser au niveau de la SEGA qui détient des structures adaptées à l’abattage des bovins et autres animaux consommables par la population. A cet effet, la direction générale de la SEGA continue de poursuivre ses efforts pour que la SEGA soit toujours opérationnelle. Tout porte à croire que rien n’a empêché son fonctionnement. Selon nos investigations, le personnel de ladite institution travaille dans la quiétude et surtout la présence des éleveurs, convoyeurs et des usagers qui viennent s’approvisionner.

Juste-Soleil

CNS: DANIGOUNAMANDI SIM JOAKI met les points sur les i

Créé par le 28 nov 2016 | Dans : Non classé

Créé depuis 1967 par un décret de 1965, la Compagnie Nationale de  Sécurité (CNS) a connu des moments douloureux de son histoire comme cela se passe aussi dans d’autres institutions nationales de la place. Aujaurd’hui, cette compagnie est dirigée par le commissaire Mr DANIGOUNAMANDJI SIM Joaki, qui continue de mouiller le maillot pour redynamiser ce secteur de sécurité en vue de redorer le blason d’autan. En effet, la CNS a pour mission entre autres d’assurer la sécurité des autres personnalités et dans leur déplacement, surtout le président de la République, veiller à la sécurité de personnes et de leur biens, une compétence territoriale, fait la police judiciaire et foncière pour ne citer que ces champs d’interventions. Pour parvenir à tout cela, la CNS devait en principe bénéficier de tous les moyens matériels et logistiques pouvant l’aider à mieux répondre aux attentes et aussi à l’inspiration des uns et des autres. malheureusement, la triste réalité reste que depuis sa création jusqu’ici, cette compagnie nationale de sécurité est loin de voire le bout de tunnel. Le problème des ressources humaines, le déficit de moyens de transport pour des urgences, etc… sont les maitres maux qui met en déroute le bon fonctionnement de cette compagnie. D’où, les bailleurs et les partenaires au développement de la RCA ont intérêt a tous mettre en œuvre afin que la CNS puisse travailler comme il se doit.

le Juste

Centrafrique : Dieudonné Nzapalainga intronisé Cardinal par le Pape François

Créé par le 22 nov 2016 | Dans : Non classé

Centrafrique : Dieudonné Nzapalainga intronisé Cardinal par le Pape François
Centrafrique : Dieudonné Nzapalainga intronisé Cardinal par le Pape François
Centrafrique : Dieudonné Nzapalainga intronisé Cardinal par le Pape François
Centrafrique : Dieudonné Nzapalainga intronisé Cardinal par le Pape François
Centrafrique : Dieudonné Nzapalainga intronisé Cardinal par le Pape François

 

Samedi 19 novembre 2016 13:38

C’est désormais une réalité. L’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga, en compagnie de 16 autres nominés, a officiellement fait son entrée ce 19 novembre dans le collège des Cardinaux de l’Église Catholique.

Une cérémonie qui s’est déroulée à la Basilique St-Pierre de Rome en présence du Président Centrafricain, Faustin Archange Touadera, des deux autres leaders de la plateforme religieuse, l’imam Kobine Layama, le pasteur Nicolas Guere-Koyamet Gbangou et une forte délégation  Centrafricaine.

C’est aux environs de 10 TU qu’a démarré le consistoire au cours duquel, les 17 nouveaux cardinaux ont été créés par le Pape François. S’en est suivi une réception offerte par les nouveaux cardinaux aux délégations respectives de leurs pays.

Cette nomination historique pour la République Centrafricaine qui voit un de ses fils être créé cardinal est salué par tout le pays. « Mgr Dieudonné Nzapalainga a beaucoup œuvré pendant les moments difficiles pour la paix et la cohésion sociale dans le pays, sa nomination nous donne de la joie et du courage », déclare un compatriote musulman du PK 5.

Un autre de renchérir « qu’il n’a cessé durant la crise d’effectuer des visites dans les sites pour personnes déplacées afin de consolider la paix dans le pays ».

A l’intérieur du pays notamment à Berberati, Sibut, Boali ou encore Beloko et Mobaye, les centrafricains de ces régions joints par RNL se réjouissent de cette nomination. Ils estiment que « c’est un tournant décisif dans l’histoire de la RCA, un moment de fierté », qui, selon eux, peut contribuer « au retour de la paix dans le pays ».

Si beaucoup de compatriotes estiment que « Dieudonné Nzapalainga a été appelé par Dieu », l’intéressé, cité par le site urbi-orbi-africa. lacroix.com, estime que cette nomination est pour lui, « un appel à continuer le travail en vue de la réconciliation en Centrafrique ». Et le cardinal centrafricain d’ajouter que « nous devrons travailler ensemble pour la réconciliation et montrer que les religions ne doivent pas nous diviser mais plutôt nous unir ».

C’est le 9 Octobre dernier que le Pape François a annoncé lors de l’angélus, la création de 17 nouveaux cardinaux parmi lesquels le Centrafricain Dieudonné Nzapalainga.

Sa majesté 1er

L’archevêque de Bangui devient le premier cardinal de l’histoire de la RCA

Créé par le 22 nov 2016 | Dans : Non classé

L'archevêque de Bangui devient le premier cardinal de l'histoire de la RCA

Dix-sept nouveaux cardinaux rejoignent le collège des hommes en pourpre. Ils sont 228 au total, mais la moitié d’entre eux âgés de moins de 80 ans ont le droit d’élire un nouveau pape. Parmi ces nouveaux cardinaux, deux Africains et à 49 ans le plus jeune d’entre eux est l’archevêque de Bangui Mgr Dieudonné Nzapalainga.

C’est en latin, comme le veut la tradition que le pape a énuméré le nom de ces 17 nouveaux membres qui ont rejoint le Sacré collège, parmi lesquels 13 électeurs en cas de conclave. En remettant la pourpre à l’archevêque de Bangui, François en fait le plus jeune des « princes de l’Eglise » à seulement 49 ans. Le pape a voulu remercier cet évêque de terrain, inlassable artisan de paix dans son pays. Un honneur que le nouveau cardinal prend avec humilité :

« Moi, je ne prends pas ça comme du mérite ou autre chose. Je prends ça comme un appel, un don que le Seigneur fait, pas pour moi, mais au peuple centrafricain qui depuis souffre, qui depuis aspire à la paix. Le pape est venu visiter ce pays pauvre et il appelle maintenant un fils pauvre d’un pays pauvre pour l’aider dans sa mission que le Christ a laissée à Pierre. A travers lui, c’est un signal fort pour les pauvres aussi de par le monde. »

Dans son homélie, le pape a déploré que « la polarisation et l’exclusion » soient souvent conçues comme l’unique façon possible de résoudre les conflits. Les différences, a-t-il souligné, sont transformées alors en « symptômes d’hostilité, de menace, et de violence. »

Des mots qui pourraient s’appliquer parfaitement à la Centrafrique. Ce consistoire a provoqué une grande joie chez les 200 Centrafricains qui avaient fait le déplacement au Vatican.

Le cardinal Nzapalainga, témoin de miséricorde pour la Centrafrique

Parmi les 17 nouveaux cardinaux créés ce 19 novembre par le Pape François se détache la figure du cardinal Dieudonné Nzapalainga. L’archevêque de Bangui, en République centrafricaine, un religieux spiritain de 49 ans, est devenu en quelques années une figure de rassemblement dans un pays fracturé par une guerre civile et une instabilité politique chronique.

En lien avec l’imam Oumar Kobine Layama, président du Conseil Islamique, et le pasteur Nicolas Guerekoyame-Gbangou, président de l’Alliance Evangélique, l’archevêque de Bangui a fondé la Plateforme de Paix interreligieuse de Centrafrique, qui a permis de mettre fin aux massacres perpétrés par des milices, alors qu’en 2013 et 2014, le risque d’un conflit interethnique et interreligieux semblait se profiler. Autre évolution dans laquelle les chefs religieux ont joué un rôle décisif : le retour à une stabilité institutionnelle, avec l’organisation d’élections en 2015 et 2016.

Encouragé dans ses efforts par la visite du Pape François en novembre 2015 dans son pays, où le Pape avait symboliquement ouvert la première Porte Sainte du Jubilé de la Miséricorde à la cathédrale de Bangui, le cardinal Nzapalainga entre maintenant dans le Sacré Collège, et dans l’histoire, devenant le premier cardinal de ce pays considéré comme l’un des plus pauvres et les plus isolés du monde.

il évoque la joie de son peuple, dont de nombreux membres, catholiques mais aussi protestants et musulmans, sont venus l’entourer à Rome à l’occasion de ce consistoire.

le Juste

RCA : Touadera en route pour la table ronde de Bruxelles

Créé par le 14 nov 2016 | Dans : Non classé

Chose promise, chose due. C’est finalement ce 13 novembre que le Président Centrafricain Faustin Archange Touadera, avec à sa suite une forte délégation, a quitté Bangui pour Bruxelles. Il devrait ainsi prendre part à la conférence des donateurs prévue pour le 17 du mois en cour. A cette table ronde, le gouvernement présentera aux bailleurs, son plan contenu dans le RCPCA 2017 – 2021 (Relèvement et Consolidation de la Paix de la République Centrafricaine), estimé à « 3.1 milliards de dollars US sur 5 ans dont 1,6 milliards pour les trois prochaines années ». Ce plan dont la réalisation des projets est prévue sur 5 ans comporte trois grands piliers entre autres « la restauration de la paix, la sécurité et la réconciliation, le renouvellement du contrat social entre l’Etat et la population et la promotion du relèvement économique et la relance des secteurs productifs ». Le premier pilier de ce plan qui comprend 4 axes stratégiques est estimé à « 461 millions de dollars » soit 278, 527 milliards de Fcfa. A travers ce pilier, le gouvernement entend promouvoir la paix, la sécurité et la réconciliation qui sont des « facteurs fondamentaux pour le relèvement et la normalisation ». Le deuxième pilier estimé à « 1326 millions de dollars » soit 801, 143 milliards et ayant trait au « renouvellement du contrat social entre l’Etat et la population » devra permettre à l’Etat de fournir les services sociaux de base à sa population. De manière pratique, le gouvernement veut investir dans les secteurs de « l’éducation, de la santé, l’eau et l’assainissement». Et enfin, le dernier pilier qui concerne « la promotion du relèvement économique et la relance des secteurs productifs », est évalué à « 1224 millions de dollars » soit 739, 516 milliards Fcfa. Il devrait ainsi offrir la possibilité aux populations centrafricaines à travers les activités génératrices de revenus à se remettre de la crise. Aussi, ce dernier pilier donnera l’occasion à l’Etat de procéder à des investissements qui pourraient stimuler le climat des affaires. Cette table ronde de Bruxelles s’inscrit dans la perspective des partenaires (les Nations-unies, la Banque Mondiale, l’Union Européenne), d’appuyer les efforts du gouvernement dans le cadre de la reconstruction et la consolidation de la paix.

Sol-man

Actuarmagnacaise |
Mon esprit critique a des c... |
Sumeneinfo |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LORSQUE L’ON EMPECHE UNE FE...
| Marcelsurrexy
| Nomangasnolife