août 2017

Archive mensuelle

La FAO organise une visite guidée des sites avicoles tenus par des ex-combattants à Bangui

Créé par le 23 août 2017 | Dans : Non classé

Le Fonds des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a organisé, lundi 21 août 2017 dernier à Bangui, une visite à Bakongo, Gobongo et Fouh sur les sites des aviculteurs, des ex-combattants, bénéficiaires des kits.

Des journalistes en visite dans un des sites avicoles

Des journalistes en visite dans un des sites avicoles

Le but de cette visite est de suivre l’évolution des activités réalisées par ces aviculteurs dans le cadre de la Réduction des violences communautaires (RVC) financés par la MINUSCA.

Dieu-Béni Guétémalé, le délégué des aviculteurs, a expliqué que c’est après une formation par les experts de la Fédération nationale des éleveurs de Centrafrique (FNEC), que les bénéficiaires ont reçu 120 poussins.

Il a souligné qu’aujourd’hui, après 41 jours d’activités, ces poussins sont devenus des poulets destinés à la vente et à la consommation.

Il a indiqué qu’à défaut de poulaillers, ces bénéficiaires se sont mis en petits groupes pour élever ces poussins et c’est quand ils seront bien lancés que chacun pourra s’installer à son propre compte.

Il a invité la FAO et le gouvernement à continuer de les appuyer pour qu’ils puissent contribuer à la reconstruction de la RCA parce que c’est la pauvreté qui les a poussés à mal se comporter pendant les événements que notre pays a connus.

De son côté, Bienvenu Touadéra, membre  de l’Association des éleveurs de porcs et de volaille (AEPV) a fait observer qu’ils ont interrompu les activités de ladite association pour céder le local à 10 aviculteurs de Gobongo.

Il a noté qu’il est obligé de leur prêter l’argent de l’AEPV afin d’acheter la nourriture et les vaccins en vue de limiter les pertes (décès des poussins ou des poulets).

Il convient de rappeler que dans le cadre de la cohésion sociale, Jésus-Karim Poumatchi, de confession chrétienne, et  Aïcha Adoum, une musulmane, gèrent ensemble le poulailler du site de Bakongo.

la SGAC.surl une agence de référence de voyages à Bangui

Créé par le 23 août 2017 | Dans : Non classé

Entendez Société Global Africa Centrafrique.surl (SGAC), est l’une de quelques rares des agences de voyages de référence et autres produits de tout bort qui vient d’agrandir certes, le paysage socioéconomique Centrafricain en  mettant ses prestions à leurs  profits.

En effet, si certains compatriotes ont pensé à tort ou à raison de trouver leurs gagnes pains au bout de leurs fusil, en tuant innocemment, pillés, volés, braqués pour ne citer que ces choses, tel n’est pas le cas qui préoccupe d’autres. Il suffit de passer en revue les réalisations de la Société Global Africa. surl pour se faire une idée. A cet effet, la SGAC.surl est une jeune entreprise qui est née au lendemains de la crise de tous ordres qu’a connu la RCA. Elle s’est fixé comme objectif entre autres l’import-export, Transport- Transit, Agence de voyages-visa Dubaï, Fret Aérien et maritime Dubaï-Bangui. Cette société est logé actuellement dans le 3e arrondissement de Bangui, derrière la station totale axe Pk0-Pk5 avenue Boganda à Bangui. Elle est l’œuvre de monsieur AL-Amine BARAKA. selon le compatriote, après la pluie c’est le beau temps dit un adage. Il est opportun que chaque Centrafricain et Centrafricaine mette la main dans les pattes pour relever le défis du développement en Centrafrique. car, l’heure n’est plus à la guère, au conflit inutile, à la haine etc.

A l’en croire, c’est une marque de sa contribution dans le processus de la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble. Il suffit pour les uns et pour les autres de faire un tour dans cette agence pour comprendre et toucher du doigt l’importance du vivre ensemble, la nécessité de la cohésion sociale à travers son équipe du personnel.

Selon des informations proche de cette agence, c’est un ouf de soulagement qui nécessité l’apport des autorité compétentes en la matière en vue de son épanouissement sur toute l’étendue du territoire nationale. Au demeurant, si l’État met des moyens politiques pour soutenir le processus du DDRR, pourquoi, une telle initiative peut-elle échappée à son contrôle?

Soleil-juste

Actuarmagnacaise |
Mon esprit critique a des c... |
Sumeneinfo |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LORSQUE L’ON EMPECHE UNE FE...
| Marcelsurrexy
| Nomangasnolife